Bizerte et Ferryville

A la suite du Congrès de Berlin, conférence diplomatique organisée par les puissances européennes du 13 juin au 13 juillet 1878, et dont l'objectif principal concernait la réorganisation des états de la péninsule balkanique, La France obtient la primauté de la ville de Bizerte et entreprend alors la construction d'un grand port militaire sur le modèle de celui de Toulon du fait du rôle stratégique de la ville sur le détroit de Sicile.

Avant les travaux menés par les Français, la communication entre le lac et la mer est établie par deux canaux prenant leur origine dans le vieux port et se rejoignant avant d'atteindre le lac. Ces deux canaux envasés et n'ayant qu'une profondeur de 1 à 2 m ne peuvent pas, de toute évidence, être utilisés pour la navigation de grands  navires. L'amiral Théophile Aube, pendant son passage au ministère de la marine, projette de transformer le vieux port, mais ne peut que faire opérer quelques dragages.

055

Bizerte à l'origine

058

Situation après travaux maritimes

 

C'est en 1890 que commencent les travaux concédés à la maison Hersent et Couvreux pour mettre en communication le lac avec la mer et transformer la rade en un abri sûr. Dans ce but, on décide de construire deux grandes jetées, d'une longueur d'environ 1 km chacune, protégeant une étendue de littoral de 1,8 km et formant un avant-port d'une superficie de plus de 100 hectares. Entre les musoirs des deux jetées, une ouverture de 400 m permet l'entrée simultanée et facile de plusieurs navires. Pour accomplir cet important travail, la Société du port de Bizerte utilise la carrière d'Aïn Meriem, située à 4 km au nord de la ville, qui fournit les blocs de granit qu'un chemin de fer à voie étroite amène jusque sur la digue. Les jetées, une fois terminées, protègent l'entrée du chenal contre les tempêtes et l'envasement.
A la suite de ces travaux, l'isthme de sable qui sépare le lac de la mer est coupé et un nouveau chenal est créé, ainsi  qu'un nouveau port à l'est de la ville. Le chenal mesurera 800 à 900 m de long, 90 m de large et 9 m de profondeur. Le port doit devenir le plus important de Tunisie et le 4e de l'Afrique française (après Oran, Philippeville et Bône).
De l'autre côté du lac est fondée la cité de Ferryville - appelée aujourd'hui Menzel-Bourguiba.

068

Le pont transbordeur

 

Le nouveau chenal ne permettant plus le passage entre les deux rives, un transbordeur est construit en 1898 sur les plans d’un certain Ferdinand Arnodin, ingénieur français né près de Lyon en 1845.
Second pont à être érigé par Arnodin, le pont transbordeur de Bizerte ne fonctionnera que quelques années avant d'être démonté dix années plus tard et remonté dans le port militaire de Brest. En effet, le canal qu'il traverse large de 90 m est élargi à 100 m vers 1907, supprimant du coup l'utilité de conserver le transbordeur dont une pile ne peut que gêner la navigation. Un bac de transbordement sera alors mis en service avant de céder la place, à la fin du XXe siècle, à un pont mobile.

 

Photos inédites, prises par Georges Dufour (positifs sur verre), 1898-1903.

 

La légende apparaît en posant le curseur de la souris sur chaque photographie.

B001

La Casbah, 1901

B002

Le vieux port de Bizerte, 1899

B003

Le vieux port de Bizerte, 1899

B004

Le vieux port de Bizerte, 1899

B005

Marché à Bizerte, 1899

B006

Le marché sur le vieux port

B007

Le marché

B008

Marché à Bizerte, 1899

B009

Rue à Bizerte – 1899

B010

Rue à Bizerte – 1899

B011

Rue à Bizerte – 1899

B012

Les confréries à Bizerte, 1899

B013

Petite halte au café

B014

Pont transbordeur construit par Arnodin

B015

Le nouveau Bizerte, l'hôtel de France

B016

Le nouveau Bizerte – 1900

B017

La douane à Bizerte, 1900

B018

La plage de Bizerte, 1900

B019

Le nouveau Bizerte, 1900

B020

Défense mobile, 1901

B021

Défense mobile, 1901

B022

Défense mobile, 1901

B023

L'Amirauté, 1901

B034

La pêcherie, 1902

B027

Le site de l'arsenal Sidi Abdallah, 1900

B032

Menzel Djemil, 1902

B035

Menzel Djemil, 1902

B036

Menzel Djemil, 1902

B037

Défense mobile et baie Ponty, 1902